Information et veille juridique en droit de l'Union européenne

Le travail des eurodéputés sous surveillance...citoyenne

 

Il y a quelques semaines, la publication par Flavien Deltort d’un blog contenant le classement des eurodéputés en fonction de leur assiduité au travail avait provoqué protestations et courroux chez certains d’entre eux. Le blog avait été temporairement fermé à la suite, laissait-on entendre, de pressions exercées sur l’auteur. Il est à présent à nouveau accessible aux internautes.

Ces semaines ayant porté conseil, le Parlement européen a décidé de rendre lui aussi plus accessibles les informations concernant la présence des eurodéputés. La plupart d’entre elles étaient déjà en fait disponibles sur internet. Les fiches individuelles des parlementaires permettaient ainsi de se faire une idée de leur travail.  Mais d’autres informations étaient d’accès plus difficile car elles étaient disséminées dans les PV de séance et de ce fait, elles nécessitaient un travail de compilation important. Le Parlement européen a lui aussi rassemblé des données pour inclure dans les fiches individuelles une liste de présence qui contient un pourcentage mesurant l’assiduité du député.

A titre d’exemple, parmi les eurodéputés élus en France, on a de « bons élèves », comme Gérard Onesta: 100% ! et Pervenche Béres : 93% et de très mauvais, comme Philippe de Villiers : 51% et Marine le Pen : 58%.

Une page permet d’accéder à toutes les fiches des eurodéputés français par circonscription électorale.

Et, pour tout savoir sur le travail des eurodéputés, les Verts européens apportent aux aussi leur contribution par la mise en ligne, le 20/05,  sur leur site d’"un nouvel outil internet qui permet de vérifier les votes des Parlementaires européens sur des sujets clefs », car : « Les discours, c’est une chose, mais ce sont les votes qui comptent ». Ce « comparateur des votes du Parlement européen » permet ainsi de voir comment les eurodéputés ont voté sur certains dossiers comme la directive sur le temps de travail ou le rapport Gebhardt sur la libéralisation des services. L'instrument est loin d’être exhaustif, n’aborde que quelques thèmes et privilégie l'analyse des Verts quant à la signification des votes, ce qui constitue la limite de l'exercice.

Enfin, une autre initiative très intéressante est à signaler : il s'agit de Votewatch.eu, un site (en anglais) qui permet d’accéder aux votes des eurodéputés non seulement lors des votes de résolutions en séance plénière mais aussi au sein des commissions parlementaires. Le site donne une vue complète des activités des eurodéputés, classés par nationalité, appartenance politique nationale et groupe parlementaire. Il est à noter que Votewatch.eu devrait se développer afin de pouvoir également fournir dans une seconde étape (fin 2009-début 2010) des informations détaillées sur les votes du Conseil.

25/05/2009